15 mars 2015 7 15 /03 /mars /2015 08:00

(Article : 03.06.2012)

Fleurs devant, sur le côté, à l'arrière, rien que des fleurs depuis que je ne fais plus le jardin... en fait même avant.

 

2008.0824-002.jpg2009.0614-001Courtry.jpg

 

Des fleurs sur la table en ciment du Papy Moreau par ci, des pots en ciment du Papy par là... du ciment, du solide et qui dure...

 

2010.0915.-006.jpg2010.0619-007.jpg

 

Des hortensias plantés pleine terre avec Mamie Moreau, à l'endroit choisi par elle pour son exposition pas trop ensoleillée, en effet ils sont toujours là en 2012, soit 24/25 ans plus tard. Des fleurs dans des grands pots et des fleurs dans des petits pots...

 

1994-6.JPG 1998.05 Courtry  

 

Et comme tous les ans, en mai j'ai droit de la part de Muriel ; " Je vais planter la fleur de Mamie Moreau, le bégonia, on verra bien si elle pousse " Car cette fleur  gèle en hiver, alors nous sommes obligés de mettre l'oignon dans du sable et la rentrer en fin de saison. Nous la ressortons en mai pour la planter dans son ancien chaudron.  Le bégonia est d'origine 'Amérique tropicale,' il aime donc le chaud.

 

2004.11-01-073.JPG2010.0915.-004-Begonia.jpg

 

Muriel me rappelle toujours son étonnement quand à la longévité de cette plante et j'appréhende un peu l'année où elle ne se remettra pas de son hiver. Muriel n'oubliera pas de me le signaler, de me rappeler que c'était la fleur de Mamie Moreau, moi qui ne parle jamais des tristes souvenirs, sauf en silence, donc après 25 ans 'de fleur à Mamie Moreau', je serai peut-être en mesure de lui répondre : et oui, tout a une fin, même les belles fleurs.

 

Repost 0
22 février 2015 7 22 /02 /février /2015 06:00
Celui-ci s'appelle " Jan-mie "Celui-ci s'appelle " Jan-mie "
Celui-ci s'appelle " Jan-mie "Celui-ci s'appelle " Jan-mie "

Celui-ci s'appelle " Jan-mie "

(Article; 14.06.2009)

Depuis quelques semaines, de bonne heure le matin nous entendons les oiseaux chanter, cela annonce les beaux jours. Nous reprenons goût à la vie, nous faisons des projets surtout de vacances, profitons donc du silence pour écouter le chant des oiseaux et rêvons un peu.





Ils sont très colorés ces oiseaux, c'est quand même mieux que les canards sur la glace du lac gelé au bois de Clichy en février 2009.

Attention le printemps prend son envol, chaud devant !!!

 

Repost 0
24 janvier 2015 6 24 /01 /janvier /2015 08:00

Tradition oblige, nous n'échappons pas au marché de Noël de Strasbourg ou d'ailleurs. Tout est prêt pour la fête, pour réveillonner, manger, briller, faire plaisir, acheter des cadeaux de toutes sortes, d'artisans ou simplement de commerçants.
Enfin les sapins brillent, scintillent d'étoiles de toutes les couleurs de l' Europe. Ce sapin illuminé est entouré d'anges musiciens avec leurs grandes trompettes blanches.



Les décorations sont partout dans la ville avec ce sapin bleu entièrement fabriqué, les pères Noël aussi, ceux là jouent de la musique, c'est moins lourd dans la hotte et on la consomme de suite. Dans la Cathédrale, imposante et incroyablement ciselée, noël est omniprésent avec la crèche, les mages, les admirateurs et les spectateurs.

J'ai goûté au vin chaud mais l'odeur forte qu'il dégage ne ressemble plus beaucoup à du vin, bon enfin j'ai bu mais pas repris. Pour trouver un artisan ou un commerçant, pas de problème on a que l'embarras du choix, pour tous les prix, pour les petits et les grands.


Question décoration là aussi pas de problème, ils ont mis le paquets, les Strasbourgeois, les Alsaciens, beaucoup d'immeubles sont décorés et cela attire le regard.
Les feux brillent encore plus la nuit, donc en décembre pas de soucis la nuit est là à 17 h.


Chaque place a son marché et ses commerçants, ses fabricants, on a même trouvé le marché aux légumes et aux fruits près de l'embarcadère des vedettes pour la balade sur l'eau même en décembre. Dommage il ne faisait pas très beau.
Cette promenade sur l'eau était la bienvenue, en effet il ne faisait pas beau dehors, alors visiter la ville assis et au chaud, que demander de mieux?


Promenade sur l'eau ou sur le bitume avec les chevaux et leur carrosse, le haut est à l'air libre, il ne doit pas y faire chaud. Sinon il reste le tram qui a faillit nous écraser lors de notre première sortie, manque d'habitude et les vélos en nombre dans la ville.

A part ça, voilà notre resto où nous avons mangé la choucroute, le baeckeof, la tarte aux myrtilles et la tarte flambée, bu le riesling et la bière du coin. Les Bretzels salés, très peu pour moi mais les pains d'épice aux fruits secs ou aux noix, vous pouvez remettre ça.

(du 18.01.2009)

Repost 0
8 janvier 2015 4 08 /01 /janvier /2015 08:00

(Article du 06.01.2012)

A plusieurs reprises je me suis dit que j'avais une bonne étoile qui veillait sur moi, souvent pour des babioles, donc elle n'avait pas beaucoup d'efforts à faire pour me rassurer, mais quand même ! Alors bien sûr, il y a étoile et Étoile, graine d'étoile ou étoile filante. La mienne, celle  de ce jour,

 

2011.0901-Agathe-danse-3.jpg 2011.0901-Agathe-danse-1.jpg

 

  elle brille sur le tapis du gymnase, c'est une belle étoile. Bien sûr j'aurais dû parler d'étoiles au pluriel, jugez  vous même.

 

2010.0423.08Margot.jpg DSC01423b---H-JPG 2011.0626-1441---Copie.JPG

 

Il y a aussi les étoiles brillantes au ping-pong et au collège, alors le ptit gars a toute sa place dans mes 'étoiles'

 

2011.0621-Noelie-danse.jpg 2011.0424.-041B.jpg 2011.1101-Agathe-4.jpg

 

En ce début d'année je souhaite à tous d'avoir sa bonne étoile ou plusieurs étoiles brillantes ainsi que de belles étoiles, au moins pleins les yeux... par ces temps de fêtes.   Bonne année et bonnes étoiles.

 

 

Repost 0
28 décembre 2014 7 28 /12 /décembre /2014 08:00

(Article du 12.03.2009)

Bien sûr à la force de parler économie, de crise, du pouvoir d'achat qui fout le camp, par la force des choses on économise sur tout, même sur le sapin de noël, les guirlandes et les boules.



Nous économisons même sur les bûches de Noël, celles qui réchauffent les coeurs et mes articulations. Quelques jours plus tard, nous n'avons pu éviter les bûches en glissant sur la neige, faute d'avoir acheté les chaussures adéquat, c'est quand même une certaine forme d'économie.




On fait aussi des économies sur le téléphone, en ne le branchant plus, On en est même arrivé à économiser sur le soleil ; donc pas de petites économies.


Attention Sako ou oland à la force d'économiser on va vous saker pour essayer d'éviter toutes ces économies. Ah c'est vraiment pas marrant la politique économique sans le sous.
 

 

Repost 0
30 novembre 2014 7 30 /11 /novembre /2014 08:00

(Article du 06.11.2000)    'Je sais' revient souvent dans le langage des enfants, rien ne peut les épater !!! Je m'adresse à aucun en particulier. Sauf....que cette histoire sera notre secret.

Je sais que tu sais mais je vais quand même t'expliquer!

Je sais que tu me réponds souvent : je sais; même si je peux en douter.

2010.0808.-001-Resto.jpg 2010.0808.-008Resto.jpg

Ici dans un restaurant gastronomique, quand même content et fier d'être ici... je dirais; même sage.

 Je sais que tu n'étais pas obligée de me dire : Papi je connais ça mieux que toi !  Je sais que tu m'as berné, c'est que tu en avais les moyens et ça je ne veux pas te le reprocher.

2010.0423.08Mar.jpg 2010.0626-070-No.jpg 2010.0405.-011Sar.jpg 2010.0831.-004-A-N.jpg

 On ne monte pas sur le lit avec ses chaussures !!  JE SAIS mais j'ai mes chaussons.  Dur-dur pour avoir le dernier mot.

 Je sais aussi que tu n'étais pas obliger de me réclamer un quatrième tours de manèges.  Je sais aussi que tu aurais pu pleurer à la fin de tes  trois premiers tours de manège.

 2010.0831.-006-H.jpg 2010.0626-076.jpg 2010.0626-083.jpg

 

Je sais bien que tu es grande mais pourquoi m'as tu demandé comment tu trouveras un mari ? 

Je sais que tu sais presque tout, mais alors pourquoi vas tu à l'école?

2010.0902.-011Helo.jpg 2010.0626-080.jpg 2010.0410.-011.jpg

Hé...ton premier jour d'école.

Regarde les gros ballons dans le champs; ...  je sais, je les ai déjà vus...

Je sais que tu sais; mais sais tu que je sais que tu es toujours une petite fille adorable.

Je sais que tu m'as fait mentir depuis quelques jours, samedi j'ai voulu t'éloigner du manège en te prenant dans mes bras, mais soulever une anguille qui crie et se défend comme un beau diable, c'est presque chose impossible et tu dois savoir que je ne maîtrise pas tout !!!  Tu as eu mal mais moi j'ai eu peur.  Tu comprends vite comment fonctionne les réclamations et ça maintenant je le sais.

 

Repost 0
24 novembre 2014 1 24 /11 /novembre /2014 08:00

(Article; 21.01.2009)

ATTENTION, ils ont débarqué en masse cet été, nous n'y avons pas prêté attention et maintenant ils se sont installés. Je les ai débusqués avec mon petit appareil




photo et les voici, les voilà: Ils ont débarqué avec de drôles d'engins, des avions sans aile. Ils sont bizarres, certains ne sont pas terminés. Nous sommes obligés de les nourrir. D'autres sont folkloriques. (Photos des parcs très fleuris)



Je demanderais bien la main de celle-ci tellement elle ressemble aux humains !




Ils ont leur service de presse, leur cameraman pour l'histoire. Il y en a de toutes les couleurs. (Photos prises devant la mairie de Vaires s/marne)

>> >>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

 

 


 


Ils sont venus avec leur dieu, leurs soldats et leurs animaux sur d'incroyables chars.




Ce char installé cet été à Claye Souilly est impressionnant, heureusement qu'il arrive avec des fleurs entre les dents à l'image des triomphateurs romains courant dans la campagne.

Repost 0
22 octobre 2014 3 22 /10 /octobre /2014 07:00

(Article : 18.12.2008)

Ceux qui ne sont pas passionnés ne comprennent pas toujours, pourquoi se faire du mal alors qu'on cherche à se faire du bien ? La passion n'est pas raisonnable, l'excès est condamnable mais une vraie passion est excusable et même souhaitable. Voici un résumé de ce marathon par Dominique et Gérard ... que je me suis permis de compléter et surtout de commenter. Ce n'est peut-être pas chose à faire. Ce texte m'a touché et j'ai tout de suite pensé qu'il était écrit dans un style marathonien, il était écrit dans l'euphorie du moment, la tête était encore dans l' exploit de ce 18è éditions de la Rochelle.


C'est dingue, plus de huit milles inscrits, 7500 partants, 13% de femmes 'bravo Dominique,' le plus vieux coureur avait 76 ans, j'ai donc des années pour me préparer.
Revenons à la course : 
Fin novembre 2008, le temps est pluvieux et il fait très froid; Dominique raconte :
Après une nuit venteuse et pluvieuse, nous nous sommes dit que ce serait le marathon de la galère !!! et bien nous avons tenu le coup, pas de pluie sur la ligne de départ ni pendant la course.
C'est déjà ça de gagné faute de pouvoir gagner la course elle même.
Mais le froid, ce froid humide a tétanisé nos muscles. Les spectateurs nombreux et chaleureux nous ont encouragé tout le long du parcours.

C'est une ambiance, les gens lisent nos noms sur nos dossards et crient nos prénoms, les musiciens jouent des morceaux endiablés, il y a des chanteurs, un violoniste, un accordéoniste et des tambours.........
Mais qui a
écrit ce texte pour ne se rappeler que les frissons provoqués par les spectateurs et la musique et non pas ceux provoqués par le froid et l'humidité ! 
Puis il y a les moments de doute quand ça commence à faire mal et que l'on ralenti la cadence. Mais l'objectif est de terminer, alors arrête de te plaindre et continue....

On a beau en vouloir, se dire que ceci est possible, on est que des humains, on n'est pas des robots.
Enfin les derniers km, encore un effort, le dernier km est annoncé, les rubans de chaque côté annoncent les derniers cent mètres et le grand tapis bleu, ouf nous sommes arrivés sains et sauf, enfin sain de corps je ne sais pas encore!!!
Je retrouve mon chéri qui clopin-clopant, a quand même le sourire et paraît en entier. Il est content de lui, 3h 31 pour lui et 3h 39 pour moi. Nous sommes tous les deux heureux de notre marathon. Merci Isabelle pour tes encouragements car ce dernier km m'a été pénible.      
Bravo Gérard, photo ci-dessous à droite.



Depuis hier au soir, je monte les escaliers à quatre pattes, en biais ou en marche arrière. " Faudra me faire voir comment". Gérard, lui fait semblant de ne pas avoir mal, mais il a quand même une quinzaine de marches pour aller à son bureau....  "mais on va quand même pas le plaindre !!!   il ne t'a pas dit qu'il s'était bien reposé au bureau " 
Merci à vous tous pour vos encouragements qui nous ont aidé à courir jusqu'au bout. Je vous embrasse. Dominique et Gérard.
Et bien bravo à vous deux pour l'esprit sportif, l'esprit d'équipe dont vous avez fait preuve, car même à deux ce n'est pas évident, la preuve; il ne t'a pas attendu le coquin, et bien Dominique je pense que tu étais juste derrière lui pour le surveiller mais ne lui dis pas il ne comprendrait pas.... bravo pour votre combativité mais sachez que rien ne sert de courir, il suffit de partir à point... mais vous êtes les meilleurs.
Excusez mon intrusion dans votre message mais vu le nombre de destinataires de celui-ci, il était devenu publique ce message et le mien n'a que pour but de vous féliciter et de vibrer avec vous. Mangez et bougez...

 

Repost 0
15 septembre 2014 1 15 /09 /septembre /2014 06:00

Article de 2006, + août 2014.

En effet je suis né bien avant que l'homme ne marche sur la lune et bien avant la vidéo. "Par contre j'ai déjà marché sur la tête. Enfin passons" Mais alors que faisait l'homme ou le savant à ce moment là, vers le début des années 40 ?  Le portable, l'ordinateur n'existaient pas encore !!! enfin pas sous la forme que l'on connaît.
Pour moi, un ordinateur était un évêque qui ordonnait un jeune homme en curé, une puce était un parasite, une souris était une petite bébête qu'on laissait filer dans le grenier, un site était un point de vue panoramique, une K7 servait à monter les patates de la cave à la cuisine.

Lorsque j'ai entendu la première fois parler d'internet, j'ai pensé à une nouvelle entreprise de nettoyage, les mails me rappelaient les rangs de mes chaussettes que ma grand-mère me tricotait. Le Web, les GO, les MO, les DVD  l' ADSL et j'en passe, c'est des trucs que j'ai appris dernièrement, on me parle de Dégroupage alors que l'on m'a toujours dit de rester groupé. Je n'y comprends plus rien, pour SMS, j'aurais pensé à 'Super Métier Somelier' et bien c'est ce que je vais faire maintenant en creusant ma cave ! Même pas vrai ! La réalité des choses a eu raison de mes rêves.

Voici la différence entre le temps dit 'moderne' et le temps d'avant avec ces deux grand-mères tricotant calmement et moi même faisant semblant.



Les blogs, les cybercafés, copié / collé, discuter dans un chat sur msn, la Freebox ? mais c'est quoi tous ces trucs là ?  je croyais le franglais interdit, alors vous comprenez que tous ces changements techniques me bouleversent et même me renversent. J'ai beau m'adapter, malgré mes efforts  je finis toujours par être dépassé et je préfère tirer ma révérence avant d'être complètement largué ou viré par une société sans scrupule, sans reconnaissance du travail fourni.

De ce fait je vais faire ce que tout homme devrait faire, c'est à dire; rien, car le travail n'est pas fait pour l'homme et la preuve, ça le fatigue.



D'ailleurs en 2005, il me faut laisser la place aux jeunes à ceux qui savent extraire les racines carrées et autres choses inutiles, quand même apprises avec mes deniers gagnés à la sueur de mon front.

Il faut le savoir alors rien de tel que de l'écrire noir sur blanc mais sans rancune, c'est la vie. De toute façon j'ai tellement besoin de temps pour ne rien faire qu'il ne m'en reste plus assez pour travailler.

Il me reste juste assez de temps pour vous parler, plutôt pour vous écrire ces quelques lignes car je suis un bavard timide et silencieux.

Sur cette photo je savoure et j'arrose la retraite. Nous avons fêté ça aussi dans ce château à Chaumont sur Loire, c'était une bonne façon de marquer l'événement et clore une vie de travail de 45 ans et des poussières.




Et bien voilà, j'y suis à la retraite, je ne l'ai jamais souhaitée car je n'ai jamais demandé à vieillir mais je suis réaliste, j'y suis, j'y reste.

Je savoure ce moment nouveau, tout nouveau tout beau, repos absolu et j' essais de m'y faire. Comme d'habitude je vais m'organiser, me rendre utile au moins à moi même.  Je n'ai pas encore résolu ce problème ; début de nouvelle vie ou fin de carrière ? Peu importe, le plus important est de vivre sa vie, au présent car avant, rien n'est possible et après c'est trop tard.

Je savais que le silence était pesant mais j'apprends vite mais n'étant pas encore habitué, je suis toujours sur mes gardes, je laisse toujours un oeil ouvert et j'écoute le silence.

Allongé dans mon fauteuil  je regarde le ciel, j'aperçois un avion, un deuxième avion très haut , tiens la lune, et pourtant elle est à 350 km, la nouvelle lune certainement et dire que tout là-haut des satellites de communications tournent sans arrêt reliés aux énormes antennes qui nous entourent ça et là. Beaucoup d'objets courent le ciel ! Je fais volontiers abstraction de la pluie, des éclairs, du vent, des oiseaux dès l'instant que rien ne me tombe sur le nez.



J'ai même oublié les courants d'air, les objets non identifiés,  les ondes et j'en passe. Je ne parle pas du micro-ondes, non, simplement des ondes qui courent du satellite à l'antenne sur le terrain de foot et jusqu'à mon poste de radio, mon poste de télévision, mon téléphone fixe ou portable sans oublier la cibie de mon voisin. Je suis traversé par les ondes, ça me fait un choc.



Je disais donc, je regarde et j'écoute mais ' qu'entenge '? quand les enfants sont au travail, que les petits enfants sont censés être à l'école, au collège ou au lycée.  Certains bruits, des faits des souvenirs me reviennent dans la tête, des bêtises des enfants, certaines colères contre eux, des parties de foot ou autres, des balades ou des vacances en famille, des visites chez les grands parents, des épreuves, des photos, des diapos des cadeaux des rires des pleurs...oh là là...stop,  j'ai dit que j'avais le temps et ça s'emballe dans ma tête, on croirait une course contre la mort.

Il faut vraiment s'habituer au temps qui passe sans obligation envers qui que ce soit. Je n'ai jamais eu le temps de me poser des questions, je n'avais pas le temps, ce temps qui me manquait je vais en avoir à revendre ! je prendrai le temps de voir s'écouler chaque heure, chaque minute, chaque seconde, je prendrai le temps de les compter et même de les recompter ces secondes qui m'ont tant manquées.



Fini le temps où il me manquait toujours cinq minutes pour exécuter ma tâche. Maintenant je m'inquiéterai du temps qu'il fait dehors ou qu'il fera demain mais peu importe le temps que je prends, le temps que j'attends, le temps qui passe,  aurai-je assez de temps ? ce qui est sûr c'est que j'y consacrerai tout mon temps, au moins le temps qu'il me faudra, ce temps je ne le reprocherai à personne, il sera à moi, à moi seul, il sera gratuit mais il était grand temps. 



Sur ma chaise longue, je lis et savoure ces moments de liberté et de silence. Le soleil aidant je m'endors aussi mais c'est pour mieux écouter le silence à mon réveil.

Un jour de printemps allongé sur ma chaise dans le jardin, la journée était sans vent, sans bruit j'écoutais avec insistance ce sifflement dans l'air, comme un léger fourmillement, je voulais entendre je croyais écouter des voix alors  je mets mon sonotone, je monte le son et là surprise,  je capte des communications téléphoniques par milliers entre téléphones portables certainement, mais je pense reconnaître des voix, mais oui cette voix c'est Agathe qui communique avec sa cousine Margot afin de lui apprendre que son frère Rémi a obtenu son premier diplôme, le brevet avec mention bien. Je n'ai pas eu le temps d'écouter le commentaire, mamie ayant crié " a table " le silence fût rompu pour la journée...   

Que le temps passe vite, je n'ai pas réussis à le maitriser et même à le ralentir.

Maintenant je ne compte même plus, viendra le jour où je ne me poserai plus de question sur le temps qui passe et à force de me fatiguer à le compter, viendra le jour où je devrai bien me reposer.

Je commence donc dès aujourd'hui. Bon vent à tous...

Retraite; Informatique; technologie et sortie
Repost 0
18 août 2014 1 18 /08 /août /2014 07:00

(Article: 26.03.2009)

 


>>>>>>>>>> Je disais donc : Je suis né début Août 1944....
Ma route semblait bien tracée, par qui je ne sais pas mais à première vue, elle était dégagée, balisée au moins à perte de vue. Manifestement, certains s'y étaient attardés, y avaient pensé fortement, ce terrain là n'était plus miné. Il restait bien ça où là quelques zones d'ombre, au loin, du brun kaki, quelques restes à balayer mais je pouvais espérer marcher sur ma route sans encombre. C'était quand même être un peu trop optimiste et sans compter sur les difficultés du moment.
>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>><<<


>>>>>>>>>
Juste  les yeux ouverts, je constatais que tout n'était pas rose, des couleurs certes mais du sombre, des ombres et au loin, la lumière, un arc-en-ciel
rien que pour moi, et oui je ne pouvais pas savoir que nous étions des millions a voir ce rayon solaire, cet arc-en-ciel.

>>>>>>>>>>>>>
>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

>>>
Oui j'étais seul, je le pensais, je venais de prendre la porte de la vie en criant, histoire de me dégager les bronches et en appelant peut-être à l'aide.

>>>>>>>>>>>>>>>>>
>>>>>>>>>>>>>>>>>>

 


>>>>>>>


Et oui, voilà mon banc d'école de Monthoiron où je vais travailler les premières années de mon existence et ceci jusqu'à quatorze ans. Ensuite boulot et re-boulot...          

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de Robert
  • : Mon blog sert surtout mes souvenirs d'images, de voyages et de balades.
  • Contact

Texte Libre

           
                   

Recherche

Catégories