15 septembre 2014 1 15 /09 /septembre /2014 06:00

Article de 2006, + août 2014.

En effet je suis né bien avant que l'homme ne marche sur la lune et bien avant la vidéo. "Par contre j'ai déjà marché sur la tête. Enfin passons" Mais alors que faisait l'homme ou le savant à ce moment là, vers le début des années 40 ?  Le portable, l'ordinateur n'existaient pas encore !!! enfin pas sous la forme que l'on connaît.
Pour moi, un ordinateur était un évêque qui ordonnait un jeune homme en curé, une puce était un parasite, une souris était une petite bébête qu'on laissait filer dans le grenier, un site était un point de vue panoramique, une K7 servait à monter les patates de la cave à la cuisine.

Lorsque j'ai entendu la première fois parler d'internet, j'ai pensé à une nouvelle entreprise de nettoyage, les mails me rappelaient les rangs de mes chaussettes que ma grand-mère me tricotait. Le Web, les GO, les MO, les DVD  l' ADSL et j'en passe, c'est des trucs que j'ai appris dernièrement, on me parle de Dégroupage alors que l'on m'a toujours dit de rester groupé. Je n'y comprends plus rien, pour SMS, j'aurais pensé à 'Super Métier Somelier' et bien c'est ce que je vais faire maintenant en creusant ma cave ! Même pas vrai ! La réalité des choses a eu raison de mes rêves.

Voici la différence entre le temps dit 'moderne' et le temps d'avant avec ces deux grand-mères tricotant calmement et moi même faisant semblant.



Les blogs, les cybercafés, copié / collé, discuter dans un chat sur msn, la Freebox ? mais c'est quoi tous ces trucs là ?  je croyais le franglais interdit, alors vous comprenez que tous ces changements techniques me bouleversent et même me renversent. J'ai beau m'adapter, malgré mes efforts  je finis toujours par être dépassé et je préfère tirer ma révérence avant d'être complètement largué ou viré par une société sans scrupule, sans reconnaissance du travail fourni.

De ce fait je vais faire ce que tout homme devrait faire, c'est à dire; rien, car le travail n'est pas fait pour l'homme et la preuve, ça le fatigue.



D'ailleurs en 2005, il me faut laisser la place aux jeunes à ceux qui savent extraire les racines carrées et autres choses inutiles, quand même apprises avec mes deniers gagnés à la sueur de mon front.

Il faut le savoir alors rien de tel que de l'écrire noir sur blanc mais sans rancune, c'est la vie. De toute façon j'ai tellement besoin de temps pour ne rien faire qu'il ne m'en reste plus assez pour travailler.

Il me reste juste assez de temps pour vous parler, plutôt pour vous écrire ces quelques lignes car je suis un bavard timide et silencieux.

Sur cette photo je savoure et j'arrose la retraite. Nous avons fêté ça aussi dans ce château à Chaumont sur Loire, c'était une bonne façon de marquer l'événement et clore une vie de travail de 45 ans et des poussières.




Et bien voilà, j'y suis à la retraite, je ne l'ai jamais souhaitée car je n'ai jamais demandé à vieillir mais je suis réaliste, j'y suis, j'y reste.

Je savoure ce moment nouveau, tout nouveau tout beau, repos absolu et j' essais de m'y faire. Comme d'habitude je vais m'organiser, me rendre utile au moins à moi même.  Je n'ai pas encore résolu ce problème ; début de nouvelle vie ou fin de carrière ? Peu importe, le plus important est de vivre sa vie, au présent car avant, rien n'est possible et après c'est trop tard.

Je savais que le silence était pesant mais j'apprends vite mais n'étant pas encore habitué, je suis toujours sur mes gardes, je laisse toujours un oeil ouvert et j'écoute le silence.

Allongé dans mon fauteuil  je regarde le ciel, j'aperçois un avion, un deuxième avion très haut , tiens la lune, et pourtant elle est à 350 km, la nouvelle lune certainement et dire que tout là-haut des satellites de communications tournent sans arrêt reliés aux énormes antennes qui nous entourent ça et là. Beaucoup d'objets courent le ciel ! Je fais volontiers abstraction de la pluie, des éclairs, du vent, des oiseaux dès l'instant que rien ne me tombe sur le nez.



J'ai même oublié les courants d'air, les objets non identifiés,  les ondes et j'en passe. Je ne parle pas du micro-ondes, non, simplement des ondes qui courent du satellite à l'antenne sur le terrain de foot et jusqu'à mon poste de radio, mon poste de télévision, mon téléphone fixe ou portable sans oublier la cibie de mon voisin. Je suis traversé par les ondes, ça me fait un choc.



Je disais donc, je regarde et j'écoute mais ' qu'entenge '? quand les enfants sont au travail, que les petits enfants sont censés être à l'école, au collège ou au lycée.  Certains bruits, des faits des souvenirs me reviennent dans la tête, des bêtises des enfants, certaines colères contre eux, des parties de foot ou autres, des balades ou des vacances en famille, des visites chez les grands parents, des épreuves, des photos, des diapos des cadeaux des rires des pleurs...oh là là...stop,  j'ai dit que j'avais le temps et ça s'emballe dans ma tête, on croirait une course contre la mort.

Il faut vraiment s'habituer au temps qui passe sans obligation envers qui que ce soit. Je n'ai jamais eu le temps de me poser des questions, je n'avais pas le temps, ce temps qui me manquait je vais en avoir à revendre ! je prendrai le temps de voir s'écouler chaque heure, chaque minute, chaque seconde, je prendrai le temps de les compter et même de les recompter ces secondes qui m'ont tant manquées.



Fini le temps où il me manquait toujours cinq minutes pour exécuter ma tâche. Maintenant je m'inquiéterai du temps qu'il fait dehors ou qu'il fera demain mais peu importe le temps que je prends, le temps que j'attends, le temps qui passe,  aurai-je assez de temps ? ce qui est sûr c'est que j'y consacrerai tout mon temps, au moins le temps qu'il me faudra, ce temps je ne le reprocherai à personne, il sera à moi, à moi seul, il sera gratuit mais il était grand temps. 



Sur ma chaise longue, je lis et savoure ces moments de liberté et de silence. Le soleil aidant je m'endors aussi mais c'est pour mieux écouter le silence à mon réveil.

Un jour de printemps allongé sur ma chaise dans le jardin, la journée était sans vent, sans bruit j'écoutais avec insistance ce sifflement dans l'air, comme un léger fourmillement, je voulais entendre je croyais écouter des voix alors  je mets mon sonotone, je monte le son et là surprise,  je capte des communications téléphoniques par milliers entre téléphones portables certainement, mais je pense reconnaître des voix, mais oui cette voix c'est Agathe qui communique avec sa cousine Margot afin de lui apprendre que son frère Rémi a obtenu son premier diplôme, le brevet avec mention bien. Je n'ai pas eu le temps d'écouter le commentaire, mamie ayant crié " a table " le silence fût rompu pour la journée...   

Que le temps passe vite, je n'ai pas réussis à le maitriser et même à le ralentir.

Maintenant je ne compte même plus, viendra le jour où je ne me poserai plus de question sur le temps qui passe et à force de me fatiguer à le compter, viendra le jour où je devrai bien me reposer.

Je commence donc dès aujourd'hui. Bon vent à tous...

Retraite; Informatique; technologie et sortie

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Jean-Michel 26/07/2014 16:02

Bravo Robert, tu as l'air d'être en pleine forme
J'ai bien aimé le début de ton article (Ordinateur, puce, souris, site, K7, Internet, mails, dégroupage, SMS). C'est vrai, le travail n'est pas fait pour l'homme. Ca tombe bien pour moi: vacances puis retraite le 1er septembre
Est-ce la fin annoncée de ton blog? Dommage....!!!
Au 16 août

Robert 27/07/2014 09:48

Salut jeune retraité..... ah non pas encore mais ça ne saurait tarder. La retraite c'est le début de quelque chose ... et non la fin. Mais pour le blog, j'ai bien peur que ce soit la fin. On a beau dire, tout a une fin et ce n'est pas à toi que je vais l'apprendre, toi qui sais (sept) tout. A bientôt

Présentation

  • : Le blog de Robert
  • : Mon blog sert surtout mes souvenirs d'images, de voyages et de balades.
  • Contact

Texte Libre

           
                   

Recherche

Catégories